Don Handi'Chiens

Accueil > Actualités > Chaleur, animaux estivaux, baignades... Quelques conseils avant l’été pour (...)

Chaleur, animaux estivaux, baignades... Quelques conseils avant l’été pour nos chiens adorés

JPEG - 155.5 ko

Nos compagnons à quatre pattes ne supportent pas aussi bien cette période divine. Chaleur, parasites, animaux vénéneux… Quelques points sont à revoir avant de partir en vacances avec son handi’chien.

Le piège du coup de chaleur

Votre chien halète plus que d’habitude et depuis un long moment ? Et ce, même à l’ombre ? Il tousse, respire mal, est essoufflé ? Ses muqueuses virent au violet ou au bleu ?

Il est peut-être victime d’un coup de chaleur. Comme son nom l’indique, ce mal de l’été se caractérisant par une forte déshydratation, voire un choc cardiaque pouvant être mortel, résulte d’une exposition trop longue et trop intense au soleil et à la chaleur.

Votre chien transpire très peu et uniquement via ses coussinets. Il est donc très compliqué pour lui de se refroidir et y parvient un peu grâce au halètement. C’est pourquoi, il est impératif de lui donner régulièrement à boire et de s’assurer qu’il puisse se mettre à l’ombre (surtout s’il est noir). Une autre solution consiste également à lui tremper les pattes dans l’eau froide ou à les humidifier, à le ventiler ou à lui passer un petit coup de brumisateur sur le corps.

Les coups de chaleur peuvent survenir partout : dans la rue, sur la plage… Mais l’un des endroits les plus courants est la voiture. Il faut donc faire des pauses régulières pendant les longs trajets afin de donner à boire à votre chien et de lui faire prendre l’air.

Par ailleurs, il ne faut JAMAIS et sous aucun prétexte laisser son chien seul dans une voiture en plein soleil, et ce, même les fenêtres entrouvertes.

La température d’une voiture stationnée en plein soleil peut très rapidement atteindre les 70°C, tandis que la température du chien peut, elle, atteindre les 40 °C, et ainsi lui être fatale. Si vous devez le laisser dans la voiture, choisissez une place à l’ombre, laissez les fenêtres entrouvertes, ainsi qu’une gamelle d’eau.

Et si ce genre de situation venait à se produire, consultez de toute urgence un vétérinaire et recouvrez votre handi’chien d’une serviette ou d’un vêtement mouillé en attendant.

Tiques, serpents, frelons… Des animaux peu amicaux

En été, de nombreux animaux se font plus visibles que d’habitude. Parmi eux, certains peuvent provoquer des situations peu agréables, voire dangereuses pour votre chien. Petit tour d’horizon.


JPEG - 182.4 ko

Chaque été, les tiques prolifèrent. Ces toutes petites bêtes s’accrochent à la peau du chien pour se nourrir de son sang. Résultat : non seulement elles affaiblissent le chien, mais elles peuvent en plus lui créer des abcès avec leur rostre, leur transmettre la maladie de Lyme, l’ehrlichiose ou encore la piroplasmose, une maladie qui peut se révéler fatale si non traitée. Il est possible de prévenir les tiques chez le chien via des colliers spéciaux, des pipettes, des comprimés ou encore des sprays. Mais si jamais une tique survenait, il faut la retirer le plus rapidement possible à l’aide d’un tire-tique.

Autre animal peu recommandé pour votre chien : les serpents. Si certains s’avèrent inoffensifs, d’autres sont bien plus dangereux, comme les vipères. Généralement, la peau autour de la morsure caractérisée par deux petits trous se met à gonfler. Le chien pourra alors souffrir de tremblements, de vomissements et se trouver en état de choc. Il faudra l’emmener le plus vite possible chez le vétérinaire.

Concernant les piqûres de frelons, abeilles, bourdons ou guêpes, il ne faut pas non plus les négliger. Si votre chien est allergique, les symptômes seront à peu près les mêmes qu’une morsure de serpent : la peau sera gonflé autour de la piqûre, il pourra souffrir de difficultés respiratoires, se trouver en état de choc, voire tomber dans le coma. Une des premières choses à faire sera alors de retirer le dard, puis d’emmener votre chien chez le vétérinaire.

Quant aux crapauds, ils secrètent des toxines, donc une simple léchouille de votre handi’chien sur sa peau peut entrainer des symptômes tels que des vomissements, un abattement soudain pouvant entrainer la mort. Une consultation chez un vétérinaire est là aussi plus que nécessaire et urgente.

Enfin, bien que les chenilles processionnaires soient plutôt printanières, on n’est jamais trop prudents et il est déjà arrivé d’en croiser au mois de juin, voire juillet dans les forêts de pins. Ces petites bêtes ont des poils très urticants et venimeux, pouvant provoquer vomissements et excès de salivation. L’un des premiers gestes sera alors de rincer la zone touchée, généralement la bouche, avec de l’eau.

L’eau, l’air, les plantes… Des éléments qui peuvent être irritants

Eh oui, même certains éléments de la nature peuvent s’avérer compliqués pour nos amis les chiens.

L’eau de mer et le sable par exemple peuvent irriter la peau de nos loulous. Celle-ci étant très fragile, il est fortement recommandé de rincer son chien après une journée à la plage.

Le sable peut également provoquer des conjonctivites. L’œil devient alors humide, larmoyant, rouge et le chien tente de se gratter. Pour éviter la surinfection et la purulence, il faut nettoyer l’œil du chien à l’aide de sérum physiologique, et si ça continue, il faut alors consulter le vétérinaire.


JPEG - 216.7 ko

Enfin, les épillets sont de petites graines de graminées que l’on trouve dans les champs, le long des chemins et dans les herbes hautes. Elles s’accrochent aux poils de nos compagnons et peuvent glisser sous leur peau, entre les doigts, dans le nez ou les oreilles, provoquant des abcès, des otites, des saignements ou des écoulements. Pour prévenir ce genre d’inconvénients, il faut surveiller les zones sensibles de près après les balades. De plus, si votre handi’chien se secoue, boîte, se frotte, il est possible qu’il ait un épillet coincé. Une petite boule apparait alors et il faut consulter un vétérinaire.

Bien entendu, toutes ces informations sont des conseils, des choses à savoir. Il est important cependant de faire confiance à son chien et de profiter pleinement de ses vacances sans tomber dans la paranoïa. Ceci étant dit, il faut de toute façon toujours se procurer les coordonnées du vétérinaire le plus proche de notre destination.

Un immense merci à notre voisine de la rue de l’Abbé Groult à Paris, le Dr Vétérinaire Laure Le Bail pour ses précieux conseils.